076 679 22 08 info@margatraductions.ch

Non contente de nous infliger la difficulté à détecter le genre d’un mot (les terminaisons n’étant pas toujours suffisantes dans ce sens), la langue française se plaît à nous compliquer la tâche en prévoyant des mots appartenant aux deux genres!

Connaissiez-vous ces différents types de cas?

Il y a bien sûr les noms qui ont un sens clairement différent selon le genre, et parfois aussi une autre étymologie:

Il a touché sa solde.
(rémunération, de l’italien soldo «sou, solde, salaire du soldat», même origine que «sou»)

Le solde comptable est positif.
(de l’italien saldo «chose solide», même famille que «solide»)

Il adore naviguer à la voile.

Elle portait un voile sur la tête.
(même étymologie, du latin velum)

Ces cas ne sont pas rares: aide, livre, manche, manœuvre, mode, parallèle, physique, poste, tour… Mais ce ne sont pas ceux qui nous donnent le plus de fil à retordre.

Il existe quelques cas où le genre est «flottant», ce qui nous fait nous interroger inutilement:

Un/une après-midi de décembre.

Un/une perce-neige.

Il y a aussi les mots prenant le genre masculin au singulier et le genre féminin au pluriel:

Un amour partagé.

Des amours lointaines.

(il est est de même pour délice et orgue)

Et les mots ayant un sens légèrement différent dans un genre et dans l’autre:

Il a acheté une œuvre d’art.

Ce livre répertorie l’œuvre peint de Renoir. (ensemble des œuvres d’un artiste)

Il avait la satisfaction de l’œuvre accomplie.

Après l’achèvement du gros œuvre (fondations, murs et toiture du bâtiment), ils ont pu démarrer le second œuvre (le reste des travaux: plomberie, électricité, peinture…).

L’espace entre les lignes est trop grand.

Il faut insérer une espace fine avant le point d’exclamation.

Et il y a encore un mot (le seul à ma connaissance) qui peut porter en même temps la marque des deux genres, selon que l’adjectif soit avant ou après le mot, c’est le mot gens:
 

Ces vieilles gens étaient très fatigués.
Cela semble venir d’une opposition entre le genre de «gent» (ancien mot dont «gens» est le pluriel), qui est féminin, et l’idée que le mot exprime («un ensemble de personnes»), qui ne porte pas de marque de genre, donc qu’on mettrait au masculin.