076 679 22 08 info@margatraductions.ch

– On peut se voir vendredi prochain.

– Tu veux dire vendredi en huit?

– Ben non, celui qui vient!

Que veut-on dire par «vendredi prochain»?

C’est assez étonnant: quand on pose la question, beaucoup de gens sont sûrs de leur réponse. Mais la moitié comprend «le vendredi le plus proche qui va venir», alors que l’autre moitié trouve évident qu’il s’agit du «vendredi de la semaine prochaine».

Personnellement, je suis plutôt du premier camp. Si l’on se base sur les définitions de «prochain» (très rapproché; voisin immédiat, suivant; qui est le premier à se présenter dans l’espace ou le temps), vendredi prochain devrait être le premier vendredi à venir.

Mais si l’on est jeudi et que je dis «vendredi prochain» pour le lendemain, alors qu’il aurait été plus simple de dire «demain», je ne serais pas surprise que mon interlocuteur pense au vendredi de la semaine prochaine…

Pour les tenants de la deuxième interprétation, «vendredi prochain», c’est celui de la semaine prochaine, et si on veut dire «vendredi de cette semaine», on n’a qu’à dire «ce vendredi», ou «demain» / «après-demain», le cas échéant.

L’ambiguïté existe aussi en anglais si l’on dit «next Friday», qui peut être vendredi qui vient («this coming Friday», «the upcoming Friday») ou vendredi de la semaine prochaine («next week’s Friday»). De même pour «next week-end», qui peut être ce week-end ou le suivant. Quelqu’un est même allé jusqu’à inventer le mot «oxt» (probablement pour «other next»), qui voudrait dire «pas-le-prochain-mais-le-suivant».

La meilleure solution me paraît être d’éviter le terme «prochain» non accompagné d’une précision. On peut soit ajouter une information qui lève toute ambiguïté («vendredi prochain 10 mai»), soit utiliser les expressions alternatives («ce vendredi» ou simplement «vendredi» d’une part, et «vendredi de la semaine prochaine» ou «vendredi en huit» d’autre part).

Et attention avec l’expression «en huit», au risque de tomber de Charybde en Scylla*! En effet, «en huit» peut aussi être compris de différentes façons. Si l’on est mardi et que je dis «vendredi en huit», ça me semble clair, c’est vendredi dans 10 jours. Mais si l’on est mercredi et que je dis «lundi en huit», certains comprendront «lundi de la semaine prochaine» (dans cinq jours), d’autres comprendront «pas ce lundi qui vient, le suivant» (dans douze jours).

Selon le Robert mobile:
Jeudi en huit: le jeudi après celui qui vient.

Donc si l’on dit «lundi en huit» (que l’on soit lundi, mercredi, vendredi…), ce serait «pas ce lundi qui vient, le suivant». Mais je préfère ne pas prendre le risque d’utiliser cette expression sans autre précision. Alors, si l’on est jeudi 6 juin et que je veux parler du lundi-pas-de-la-semaine-prochaine-mais-de-la-suivante, je préciserai la date (lundi 17 juin) ou le nombre de jours qui nous en séparent (lundi dans 11 jours).

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour éviter un rendez-vous manqué!


* Charybde et Scylla (drôle d’orthographe!), monstres marins de la mythologie grecque, qui gardaient le détroit de Messine. Les marins qui échappaient aux tourbillons de Charybde tombaient dans l’écueil de Scylla qui les dévorait. D’où l’expression «tomber de Charybde en Scylla», pour décrire la situation où, voulant éviter un mal, on tombe dans un autre.